UWK Webzine

Actus / Vidéos

Une pluie d'étoiles filantes illumine le ciel nocturne jusqu'au 7 novembre !

Lecture 1 min.
Urban Wakan
Publié le 21 octobre 2020
Amateurs d’astronomie, vous serez servis au cours des prochains jours. Les Orionides illuminent le ciel jusqu'au 7 novembre. Cette année, vos meilleures chances d’apercevoir des étoiles filantes seront au cours de la nuit du 21 au 22 octobre, au cours de laquelle les Orionides atteindront leur apogée.

Chaque année, la pluie d'étoiles filantes nommée Orionides illuminent le ciel du 2 octobre au 7 novembre.

Au cours de la nuit du 21 au 22 octobre , les Orionides atteindront leur apogée : les météores seront particulièrement plus nombreux à pénétrer l'atmosphère terrestre entre minuit et l'aube.

© Meteor Sowers 

Comme on peut le voir sur cette représentation, la Terre sur son orbite (cercle bleu) coupe par deux fois le courant de poussière nourri par la comète de Halley. Pour voir l’animation, cliquez ici. 

DE BONNES CONDITIONS POUR OBSERVER LES ETOILES FILANTES

Pour bien profiter de ce spectacle nocturne, il convient comme d'habitude, de prendre ses distances avec la pollution lumineuse croissante des grandes villes et de s'installer en un lieu tranquille où la voûte céleste peut s'admirer dans sa quasi-totalité. 

Le meilleur moment pour observer les météores sera peu après minuit, et le spectacle en vaudra probablement la chandelle. Le ciel devrait effectivement être assez sombre pour permettre une observation aisée.

Il sera possible d'apercevoir près de 20 météorites à l'heure dans des conditions optimales.

Mais, comme toujours avec les essaims météoritiques, il est difficile de prévoir avec précision si la pluie sera faible à modérée ou forte. Néanmoins, les Orionides peuvent être très surprenantes et gratifier les observateurs d'averses de 40, voire 50, étoiles filantes par heure (2001 et 2006) !

LE SAVIEZ-VOUS ?

Les Orionides sont des débris issus de la célèbre comète de Halley, connue depuis l'Antiquité. 

Le nom des Orionides vient de la position de son radiant près de la massue que brandit la constellation d’Orion. Le courant de poussière à l’origine de cet essaim météoritique est réapprovisionné à chacun des passages de la fameuse comète de Halley, dont la période orbitale est de 76 ans (le prochain sera en 2061).

Le courant de débris cométaires coupe par deux fois l’orbite de la Terre. Il est donc responsable des Orionides, en milieu de l’automne, et aussi des Êta Aquarides, au printemps.

Source : MétéoMédia, Futura Sciences